LA LUNE

Publié le par MAGIE OU L'UN POSSIBLE

Article paru dans le magazine TOP SECRET n°32 d’août 2007

_____________________________

Décrocher la Lune !

[ou comment les agences spatiales ont savamment orchestré une colossale imposture d’un désert

lunaire total alors qu’en réalité : givre, brumes et brouillards recouvrent toute la surface de la

Lune.]

de José Frendelvel

Dans le milieu de l'ufologie, de plus en plus de gens sont familiers avec les hypothèses de "cover

up" de l'exploration spatiale en général et de la Lune en particulier. Par contre, il devient plus

délicat de cerner précisément ce qui nous a été caché ? Où avons-nous été bernés ?

La réponse n'est pas toujours simple et de plus vraisemblablement multiple. Parmi la foule de

questionnements autour de cette exploration, beaucoup ont supposé une sérieuse censure des

photos lunaires, voire même des falsifications des photographies, tandis qu'un courant de pensée va

même jusqu'à douter de la réalité des alunissages Apollo des années 60 et 70.

Plusieurs années d'analyse du problème m'ont confirmé que les missions Apollo se sont bien

posées sur le sol lunaire comme la NASA nous l'a dit et montré, ce qui n'exclut ni la possibilité

d'une large censure du matériel rapporté et du vécu des astronautes américains, ni l'hypothèse que

l'exploration spatiale officielle ne soit qu'un miroir aux alouettes pour cacher quelque chose de plus

important. Parmi les multiples raisons qui me font croire à l'authenticité des photos lunaires, la

cohérence d'ensemble du point de vue topographique est à prendre largement en considération. En

effet, lorsqu'on recoupe les photos prises au télescope depuis le sol terrestre, avec celles prises en

orbite lunaire rapprochée et celles prises sur la surface sélène par les astronautes américains, tout

correspond, aucune faille n'est apparue. Même en contrôlant les itinéraires de surface des

astronautes qui allaient d'un cratère à un autre, l’emplacement des diverses caractéristiques

topographiques ainsi que la cohérence des arrières plans, tout correspond. De nombreux autres

détails techniques, difficiles de mettre en scène en "studio" sans commettre d'erreur, viennent

compléter la cohérence.

Aussi, à l'aide de tout ce matériel photographique lunaire, je vous propose aujourd'hui d'explorer

une autre piste, une autre voie qui, étrangement, ne semble pas avoir été prise en considération

jusqu'à présent.

Depuis que les premières sondes se sont approchées de notre satellite et que les missions Apollo s'y

sont posées de 69 à 72, la NASA nous a officiellement confirmé l'absence d'atmosphère, d'eau et de

vie à sa surface. Un monde mort, sans vie, avec des variations de température extrêmes.

Or, a l'opposé, diverses voix ont exprimé des opinions contraires.

Le militaire américain Milton William Cooper a eu accès à des dossiers hautement classifiés :

"On nous ment au sujet de la vraie nature de la Lune, des planètes Mars et Vénus, et de l'état réel

de la technologie que nous possédons à l'heure actuelle. Il existe des régions sur la Lune où se

développe une vie végétale. Les plantes y changent de couleurs avec les saisons, car il y a

également des saisons sur la Lune. […] Il y a aussi des lacs artificiels ainsi que des étangs sur sa

surface, et des nuages ont été observés et filmés." [Le gouvernement secret.]

Publié dans Mystères

Commenter cet article