SIRIUS

Publié le par MAGIE OU L'UN POSSIBLE

Sirius


Les Dogons du Mali ont un savoir depuis plus de 700 ans que la Nasa n'a pu découvrir qu'en 1970, grâce au développement des satellites. Les Dogons prétendent depuis 700 ans que Sirius, une étoile située dans la ceinture d'Orion, a une petite lune qui fait une révolution en 50 ans, et qui est faite des matériaux parmi les plus denses de l'univers.
En 1970, les Américains ont envoyé une sonde qui a fini par découvrir une étoile naine dont la densité est de 55 kg/cm2, ce qui est très lourd, et qui tourne autour de Sirius en 50,1 ans.
Les Dogons tiennent ces informations car un engin spatial s'est posé chez eux, il y a 700 ans. L'équipage a creusé un grand trou, l'a rempli d'eau, ce qui a permis à des êtres qui ressemblaient à des dauphins de sortir du vaisseau et de plonger dans le bassin pour communiquer avec eux.
D'après le récit des dauphins, il y aurait deux types d'habitants sur Sirius, une race de dauphins et une autre avec des individus de 4 m de hauteur.
Les Aztèques ont une histoire similaire.
Des dauphins sont descendus dans le lac Titicaca, il y a plusieurs milliers d'années (en sortant de leur vaisseau) et ont raconté la même histoire que celle des Dogons.
{Livre, Livre Jaune N° 6 (Le), Collectif d'auteurs, Ed. Félix}

"Robert Temple démontra que la mythologie des Dogons -peuple africain vivant au Mali sur le plateau de Bandiagara et dans les monts Hombori - révélait une connaissance parfaitement concrète du système solaire de Sirius. Les Dogons connaissent, depuis des temps immémoriaux, la position, la gravitation et l'orbite de l'étoile invisible tournant autour de Sirius."
{Livre, Mes preuves, cinq continents témoignent, Erich Von Däniken}

Les Dogons affirment qu'il existe une troisième étoile (après Sirius et sa compagne) non découverte par les astronomes actuellement. Ils nous disent que nos ancêtres sont justement venus, il y a des millénaires, d'une planète en orbite autour de cette troisième étoile.
Les Dogons connaissent l'existence de deux étoiles autour de Sirius. La première (découverte en 1851 par Peter) boucle son orbite autour de Sirius en 50 ans (la fête de Sigui a lieu tous les 50 ans). La période de révolution calculée en 1960 par Van Den Bas est de 50,090 ans.
La deuxième, ils la nomment "EmmaYa" ou "Sorgo" ou "L'Etoile des femmes". Période de révolution de 32 ans autour de Sirius, sur une orbite elliptique perpendiculaire à celle de la première étoile.
Cette étoile a plusieurs planètes en orbite autour d'elle, leurs ancêtres sont venus de l'une de ces planètes à bord du NOMO (vaisseau spatial semblable à la fumée lunaire Apollo). Cette étoile est soupçonnée par des astronomes mais non encore prouvée.
{Site Internet,
http://perso.wanadoo.fr/fidylle/}

Depuis des millénaires, les Dogons du Mali possèdent une grande connaissance de l'astronomie. Ils ont toujours affirmé que Sirius avait deux satellites (Po Tolo et Emma Ya).
Ils prétendent que notre système solaire est en quelque sorte "attaché" au système de Sirius et qu'ensemble nous décrivions une double spirale qui trace dans le cosmos une figure qui nous fait aujourd'hui étrangement penser à la structure de notre ADN.
Ils racontent aussi que "Nommo" était l'ancêtre des hommes et qu'il venait d'Emma Ya.
Ils affirment que Po Tolo est fait d'une d'une des matières les plus denses de l'univers, et que le destin de la Terre est intimement lié à celui de Sirius.
En 1970, Sirius B (Po Tolo des Dogons) a été pris en photo.
En 1995, les astronomes français Daniel Benest et J.L. Duvent ont publié, dans la revue Astronomy et Astrophysucs que grâce aux nouveaux téléscopes hyper-puissants, ils avaient découvert que Sirius S (Emma Ya) existait bel et bien. Ils ont confirmé la plupart des dires des Dogons sauf ceux qu'ils ne sont toujours pas capables de vérifier aujourd'hui, par manque de moyens techniques.
Quelques années auparavant d'autres astronomes avaient découvert que notre système solaire était bel et bien lié par un lien fixe invisible avec le système de Sirius, et qu'ensemble nous traçions dans l'espace ... une spirale identique à celle d'une molécule d'ADN.
Les Dogons racontent comment ils savent l'histoire de Sirius :
Des êtres sont arrivés au Mali, il y a 500 millions d'années, à bord d'une soucoupe volante ! Des géants en sont descendus. Ils ont creusé un trou dans le sol dans lequel ils ont mis de l'eau. Ensuite, des individus ressemblant aux dauphins et aux baleines sont à leur tour descendus du vaisseau et ont plongé dans l'eau. Les baleines leur ont raconté qu'elles venaient de Sirius B.
Les Dogons affirment que les baleines leur ont transmis une multitude d'informations.
Leur visite a tellement marqué les Dogons que depuis ce jour, tous les 27 juillet, cette tribu du Mali fête le Nouvel An. C'est plus ou moins à cette date que se situe le lever héliaque de Sirius [du fait de la révolution de la Terre, Sirius est invisible pendant une partie de l'année (elle apparait pendant le jour). Mais quand son cycle la ramène dans le ciel nocturne, son lever a lieu en même temps que celui du soleil : cette première réapparition est le lever héliaque]. Les Egyptiens fêtaient le nouvel an le 19 juillet, les Mayas le 24.
{Livre, A la recherche du Message des Dauphins, Claude Tracks, Ed. CommuniCare}

Daniel Benest et J.L. Duvent ont publié un article dans la revue Astronomy and Astrophysics.
Ils ont conclu que les anomalies relevées dans le comportement de Sirius A et Sirius B peuvent s'expliquer par la présence dans les parages d'un troisième astre possédant une masse équivalente à 5% de celle de notre soleil; ce qui en fait une étoile minuscule, et orbitant autour de Sirius A en un peu plus de six ans. Mais cela reste une hypothèse qui demande à être confirmée.
{Livre, Porte des Etoiles (La), Picknett Lynn, Prince Clive, Ed. du Rocher, Lynn Picknett, Clive Prince}

Toutes les descriptions astronomiques présentent l'étoile Sirius comme la plus importante de toutes. "Elle délimite très précisément une longue année de 1461 révolutions solaires, qui est qualifiée d'Année de Dieu". Elle rythme la marche du temps, n'ayant pas un lever régulier à l'horizon. A Dendérah, cette étoile apparaît chaque année avec un peu plus de six heures de retard, ce qui fait que toutes les quatre années, elle revient avec un jour de retard et qu'il convient alors de décompter une journée supplémentaire. C'est en quelque sorte l'année bissextile, mais avec une précision bien meilleure qu'avec le Soleil puisqu'au bout de 1461 révolutions solaires Sirius, qui est apparue 1460 fois, est en conjonction très exacte avec notre astre du jour. En revanche, avec nos années bissextiles, il faut toutes les fins de deux siècles rajouter quelques heures, et le décompte du temps reste cependant inexact.
{Livre, Astronomie selon les Egyptiens (L'), Albert Slosman, Ed. Robert Laffont}

"Les Abgal de Gagsisa (Sirius) se sont occupés d'une grande partie de la faune marine et surtout du balisage des Sim-Kusu (baleines) et des Kig-Ku (dauphins) dont le rôle principal était de rééquilibrer le taux vibratoire du KI, qui était extrêment bas à une époque où les Kingu avaient surchargé Uras [la Terre] de gigantesques Husmus (reptiles sauvages)."
{Livre, Adam Genisis, Anton Parks, Ed. Nouvelle Terre}



Publié dans E.T : la vie ailleurs

Commenter cet article